Speak Magazine

Kinshasa

L’eau, une denrée rare dans les zones périphériques de la capitale Kinshasa

image1-23-1Dans les zones périphériques de Kinshasa, la population se contente de l’eau non traitée pour les besoins ménager. Ph. Raïssa Tshikandama.

 

Par Raïssa Tshikandama

Nous sommes à Kinjibula, quartier réputé agricole situé dans la commune de Mont-Ngafula. Malheureusement pour les habitants de ce coin de la capitale, l’eau potable est devenue une denrée rare. Cette situation empêche la population de cette contrée de se donner comme il se doit aux activités champêtres.

Accroché à l’agriculture, beaucoup d’habitants ne savent pas à quels saints se vouer. Une des femme de ce quartier déplore cette situation. « Ici chez nous, nous souffrons pour avoir de l’eau potable, nous nous procurons l’eau de puits pour tous les besoins ménagers notamment, la cuisine, la vaisselle et la lessive », a expliqué Vicky Muidi, habitante de Kinjibula depuis plus de 15 ans.

Pour elle, la population de ce quartier va chercher de l’eau dans des sources naturelles qu’on retrouve dans ce quartier qui souvent tarissent aussi. « C’est une eau impropre à la consommation, mais parce que nous n’avons que celle là comme eau, nous somme contraints de l’utiliser pour tous nos besoins », a-t-elle ajouté.

Non loin de chez elles, une autre femme rurale relate son calvaire. « Chaque famille s’est construit un puits. Pour avoir accès à l’eau potable, il nous faut parcourir plusieurs kilomètres pour atteindre des cités où l’eau de la Regideso coule régulièrement. Fatiguée de cet exercice, beaucoup de famille ont décidé de se contenter de l’eau des puits et des sources avec tous les risques de santé possibles », a-t-elle dit.  

Face à cette situation, plusieurs foyers de cette partie de Kinshasa sont dans la joie à chaque fois que la pluie arrive. Car, beaucoup se sert de cette eau pour étancher leur soif. « L’eau de pluie nous parait plus bonne que celle de source par rapport en son goût et sa qualité », a expliqué Fatou Ngalula.

« Nous sommes dans un quartier vaste et on se démène toujours pour trouver des solutions à ce problème d’eau portable. Il existe déjà un projet pour mettre fin à cette crise. L’obstacle pour nous reste la REGIDESO, qui nous exige beaucoup d’argent pour venir installer des tuyaux d’eaux. C’est des grosses sommes que nous ne serons pas à mesure de les payer pour le moment, il nous faut beaucoup de temps pour y arriver. Ce dossier est déjà sur la table du bourgmestre qui devra nous répondre bientôt », a explique le chef de ce quartier, Bavon Ley.

A la REGIDESO on demande à la population d’être patiente car, c’est une question de jours. « Nous espérons que dans peu de temps cette population sera approvisionnée en eau de la REGIDESO », a promis Jules Ngidi, chef de secteur de la REGIDESO.

Contre la loi

L’activiste de droits de l’homme, Yannick Kasanda, a indiqué que le droit à l’accès à l’eau potable est garantie dans la Constitution congolaise. Malheureusement, le gouvernement de la République ne s’acquitte pas de ce devoir. Les articles 34, 40 et autres de la Constitution, reviennent sur les droits d’accès à l’eau potable. « Il revient à l’Etat congolais de résoudre ce problème de la population », indique la loi citée par Yannick Kasanda.  


Tagged , , , , , , , , , , ,

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>