Speak Magazine

Kinshasa

Le marché central de Kinshasa exposé à des fortes pollutions sonores

image2-26Pour couler leurs marchandises, certains vendeurs jouent de la musique à fort décibel au marché central de Kinshasa. Ph. Fiston Sinza

 

Par Fiston Sinza

Le marché central de Kinshasa connait de plus en plus d’énormes bruits de musique qui met en mal toutes les personnes qui fréquentent ce lieu. Cette situation est consécutive à la diffusion des tonnes des décibels par les tenanciers de plusieurs boutiques, bistrots et magasins.

Des congolais, des ouest africains, des libanais et indo-pakistanais, vendeurs de différents articles dans ce grand marché de la capitale congolaise, ont trouvé une nouvelle astuce pour attirer les clients. Il suffit de faire un tour sur les avenues de Kasa-vubu, Commerce, l’Ecole, Ruakading, Marché et autres, qui longent le marché central pour s’en rendre compte.

Non loin de là, les supermarchés, magasins et tant d’autres points de vente, situés sur la place Botour et ses environs, ne sont pas en reste. A longueur des journées, ils dérangent certains ménages et empêchent bon nombre de travailleurs de vaquer à leurs occupations. Déterminés à gagner de la clientèle, les responsables des magasins ont placé des baffles devant leurs magasins et distillent une forte musique. Cette situation est décriée aussi bien par des passants que par des marchands œuvrant sur les lieux. « Nous sommes très confus de cette situation, nous qui vivons au centre ville », a déploré un marchand opérant aux croisements des avenues Bokassa et Commerce.

Au croisement des avenues Commerce et de l’Ecole, les Kinois font face à une sorte de concurrence de la part des adeptes de la pollution sonore. Cherchant à faire mieux plus que son voisin d’en face, un agent commis à un magasin s’amusait avec son amplificateur en augmentant progressivement le son qu’il laissait jouer. Pendant ce temps, la conversation entre les clients devenait impossible. « C’est une manière pour eux de marquer leur présence parmi les commerçants. Pour eux, la musique attire plus de clients », a expliqué un habitué du grand marché. Cette situation est vécue au quotidien par ceux qui fréquentent le grand marché de Kinshasa.

Cette pollution sonore se fait à la longueur des journées et sous l’œil impuissant des services de l’Etat chargés de maintenir l’ordre public dans la capitale. Selon un psychologue, habitant de Kinshasa, l’agacement relatif au tapage diurne et nocturne a des conséquences néfastes sur les générations présentes et futures. « Voyez aujourd’hui beaucoup d’enfants sont devenus mélancoliques, méchants, tapageurs à la maison comme à l’école. Tout ça, c’est l’environnement dans lequel nous sommes. Les gens vivent stressés à Kinshasa et la forte musique est l’une des causes », a-t-il dit.

A l’inspecteur provincial de la police, on affirme que la police ne peut intervenir qu’en cas de plainte. « Lorsque les gens sont dans un concert, ils jouent et dansent. C’est une nuisance sonore. Mais les gens qui sont dans la zone à côté, s’ils aiment ça, ce n’est pas une infraction. Il faut que ces gens puissent se plaindre pour dire : cet exercice là nous gène. C’est à ce moment là que ça devient une infraction. Si des gens se sont plaint et que la police n’a pas réagit, en ce moment là, c’est la faute de la police », a expliqué un haut cadre de la PNC.

Pour lutter contre ce fléau, 8 églises et 9 débits de boisson avaient été fermés il y a plus d’une année dans la commune de Matete, à Kinshasa, sur la décision de l’autorité municipale. Le bourgmestre de cette commune tenait à mettre en application les mesures de l’autorité urbaine contre le tapage nocturne et diurne. André Kimbuta, gouverneur de la ville, avait décidé en 2010 d’engager une lutte contre la pollution sonore et le tapage, diurne et nocturne, dont sont accusés les églises et débits de boisson qui pullulent dans tous les coins de la capitale congolaise.

Malheureusement, plus de 5 ans après, cette situation n’a pas changé. Par contre elle prend des formes qui exposent la population kinoise à la pollution sonore.

 

 

Tagged , , , , , , , , ,

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>