Speak Magazine

Kinshasa

Plusieurs quartiers de Kinshasa vivent sans énergie électrique

image5-15

Dans plusieurs rues de Kinshasa, les câbles électriques de la SNEL présentent un état de délabrement avancé. Ph. Yannick Makengo

 

Par Yannick Makengo

Mangengenge, l’un des plus grands quartiers de la commune de la Nsele est resté pendant plusieurs années dans l’obscurité. Le programme de l’éclairage publique que bénéficient depuis plus de 3 ans certains quartiers de Kinshasa, est loin d’être une réalité dans cette partie de la capitale.

Dans cette localité située à l’Est de la ville de Kinshasa, entre l’aéroport internationale de Ndjili et la commune de Maluku, les lampes torches et les lampes tempêtes sont à la mode. Elles sont utilisées au quotidien pour palier à la crise d’électricité que connait Mangengenge. Lorsque la nuit approche, Mangengenge est plongé dans le noir. Difficile d’apercevoir de loin les passants dans les rues de ce quartier. Seuls la lumières produites par les torches et lampes traditionnelles indiquent la présence d’un être humain en pleine nuit. Dans la journée, la population de cette contrée se débrouille pour cuisiner, suivre la radio sans faire recourt à l’électricité.

D’ailleurs les postes téléviseurs, radio et autres appareils électroniques sont rangés au placard. En état de délabrement, ils servent actuellement comme objets d’ornement dans les maisons. « Par manque de l’énergie électrique, les congélateurs, les ventilateurs et autres profitent, aujourd’hui, aux souris et bien autres insectes qui s’y sont installés », a expliqué, Catherine Mavaya, habitante de Mangengenge.

La désolation est sur les visages de beaucoup d’habitant de Mangengenge. A l’exemple de Jean Claude Kapita, père de 5 enfants installé dans ce quartier depuis 1991. « C’est pénible pour les habitants parce qu’il faut tous les jours réserver de l’argent pour du pétrole, bougie et les braises », a-t-il indiqué.

Pour les travaux domestiques, la population éprouve des difficultés énormes. Quelques uns se rendent au quotidien dans la brousse qui entoure Mangengenge pour ramener des bois qui servent à cuir les aliments. Pour avoir des bons bois, les habitants, sont obligés de parcourir des montagnes situés dans les environs. « Que l’Etat nous viennent en aide pour nous épargner de toutes ces souffrances », a supplié une femme ménagère rencontrée sur le chemin de retour de la forêt Kikobo, située à 6 kilomètres de Mangengenge.

L’obscurité qui engendre de l’insécurité

L’obscurité qui règne ici a plongé Mangengenge dans une insécurité totale. Chaque semaine, on signale les actes du gangstérisme dans cette partie de Kinshasa. Selon les habitants, la situation se détériore à cause de la recrudescence des vols à main armée et des attaques contre des résidences et des citoyens par des hommes en uniformes non contrôlés. « Ces malfrats profitent de l’obscurité pour commettre des actes de vandalisme », a expliqué une victime d’extorsion de ses biens de valeurs.

Cette situation est signalée dans plusieurs quartiers de Kinshasa. Face à la détresse des Kinois, la Banque mondiale en partenariat avec la Société nationale de l’Electricité (SNEL) a financé un projet pour améliorer le dessert en énergie électrique dans certains quartiers de Kinshasa. Il s’agit de Kisenso, Malueka, et Mpasa.

« Ce projet était de couvrir toutes les poches noires de la capitale, malheureusement, les matériels n’étaient pas suffisants. Nous avons introduit une autre demande à la Banque mondiale pour l’ajout des matériels et continuer avec les travaux à Mangengenge et la demande a été acceptée. Dès que l’argent sera à notre disposition, les travaux vont bel et bien reprendre », a expliqué l’administrateur directeur technique, Adamo Botogo.

Les instruments tant nationaux qu’internationaux des droits de l’homme, dont le code de l’action sociale et de la famille, considère en son article L 115 – 3 que l’électricité constitue un produit de première nécessité. Dans son article 48, la Constitution de la RDC considère l’accès à l’énergie électrique comme un droit à tout Congolais.

 

Tagged , , , , , , , , ,

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *