Speak Magazine

Goma

Les personnes handicapées exercent désormais librement leurs activités à la frontière

???????????????????????????????

Bisimwa Mitima, président de l’Association des handicapés Tuungane (AHPT) de Goma, se réjouit de l’évolution positive de leur combat. Ph. Mustapha Mulonda

 

Par Dorcas Neema

Les personnes handicapées transporteurs et commerçants à la frontière RD Congo-Rwanda ont réussi à faire valoir leurs droits après un mouvement de revendication à Goma. En décembre 2014, des dizaines parmi ces personnes exerçant le trafic entre les villes de Goma (RDC) et de Gisenyi (Rwanda), ont manifesté pour exiger plus de transparences dans le paiement des taxes. Dans leur démarche, elles exigeaient que désormais les taxes soient directement payées à la frontière et non plus dans des bureaux administratifs où l’accès leur est difficile.

« Nous disons non aux taxes illégales imposées par des multitudes de services non habiletés », a affirmé Bisimwa Mitima, président de l’association des handicapés Tuungane (AHPT). A la tête d’une grande manifestation des personnes vivant avec handicap, Bisimwa Mitima s’est insurgé aussi contre la nouvelle directive qui exige aux commerçants de payer certaines taxes aux bureaux administratifs situés au centre ville de Goma.

« Les conditions n’y sont pas réunies pour nous parce que là-bas, on doit monter des escaliers pour y accéder. Ils doivent nous ramener un guichet pour qu’on paye ici même, à la petite barrière où tous les services sont présents », a-t-il déclaré. Sans se lasser, les personnes vivant avec handicap ont réussi à convaincre les décideurs à revoir la décision. Une première dans la ville qui, du coup, a eu un très grand écho dans l’opinion.

Début janvier, le gouverneur du Nord-Kivu, julien Paluku dans un discours diffusé à la Radio nationale congolaise(RTNC) a suspendu tous les services à l’origine des taxes illégales à la frontière. « Seuls le service de l’hygiène, la Direction générale des douanes et accises (DGDA), l’Office congolais de contrôle et la police des frontières doivent rester aux postes frontaliers », a-t-il ordonné. Au bénéfice des commerçants en situation de handicap, le gouverneur de la province du Nord-Kivu les a autorisé de payer leurs taxes au niveau de la barrière au près des services bien identifiés. « C’est une victoire pour nous et pour tous nos membres » s’est réjouit Bisimwa Mitima.

La transparence dans la perception des taxes et le payement à cette barrière a un impact sur le travail des personnes handicap. « Désormais nos affaires marchent de mieux en mieux parce que les agents qui nous tracassaient ne sont plus là », affirme Jibril Nyionzima, handicapé et membre de l’Association des handicapés de Rubavu (district rwandais proche de la frontière congolaise). « Grâce à ce chargement, je ne paye que 9000 FC, soit 10 USD pour un colis de sogho, alors qu’avant il fallait débourser 3 fois plus cher »avoue-t-il.

Pour sa part, Jean Claude Makuluka, chef de bureau de service de l’Industrie, petite et moyenne entreprises, (IPMEA, une entreprise de l’Etat qui plaide pour les petits commerçants) affirme que la situation est devenue claire et une fois que ces trafiquants handicapés ont payé des taxes à des services officiels, ils poursuivent tranquillement et calmement les affaires.

Une détermination qui paie

Réunis au sein de l’AHPT, environ 120 personnes handicapées se rendent utiles à Goma. Malgré leur état physique, ils travaillent sans relâche pour subvenir à leurs besoins. « Ce travail m’a permis de construire ma maison mais aussi de nourrir et scolariser mes enfants », se réjouit Mudogo Mwissa, membre de l’association et père de six enfants. A travers leurs organisations, ces personnes plaident pour leurs droits et mènent des plaidoyers en vue de l’amélioration de leurs conditions de travail.

Leur courage ne passe pas inaperçu à Goma. « Les personnes handicapées ont des capacités de travail qu’ils peuvent exercer au profit de notre société. On devrait éviter de les stigmatiser, les discriminer, les mépriser », a dit Esperance Nyamuruma habitant de Goma.

Pour rester forts, les personnes handicapées congolais et rwandais préfèrent vivre en solidarité. Entre eux, ils collaborent pour mieux défendre leurs droits. « Quand les handicapés de Goma sont en difficultés au Rwanda, nous leurs venons en aide, eux aussi font de même quand nous avons un problème à Goma », a témoigné Gibrile Nyionzima.

 

Tagged , , , , , , , , , ,

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *