Speak Magazine

Kinshasa

Des toilettes délabrées exposent la santé des enfants dans certaines écoles de Kinshasa

image1-15

Derrière cette écolière, se trouve l’unique toilette en état délabré vers laquelle toute l’école se dirige pour des besoins physiologiques. Ph. Marc Kikela Mumba

 

Par Marc Kikela Mumba

Les installations hygiéniques insalubres exposent au quotidien la santé des enfants dans les écoles de la cité Camp Luka, à l’Ouest de Kinshasa.

Au quartier 5 de cette cité, située dans la commune de Ngaliema,peu d’écoles ont des toilettes modernes et bien entretenues. A l’école primaire Punda, où sont inscrits plus d’une centaine d’élèves, on retrouve un seul bloc sanitaire. Erigée à quelques mètres des salles des classes, cette unique installation hygiénique est partagée par les élèves, les enseignants et les visiteurs. Sans cuve ni urinoir moderne, ces installations sont construites avec des branches d’arbres enveloppés d’un étoffe en raphia et des tôles usés. Une fois à l’intérieur, on se rend compte des risques de santé que courent les écoliers chaque fois qu’ils y pénètrent. Dans ce cadre d’un espace de moins d’un mètre sur quatre, sans pavement ni carrelage, on est obligé de s’enfermer pendant quelques minutes pour se soulager. En lieu et place d’une cuve, c’est un petit fossé bien canalisé qui oriente toutes les matières fécales vers une rivière qui traverse le quartier dénommé Mungala.

Au quartier Congo, dans la même cité, la situation est encore pire. Au complexe scolaire OF Matu, plus de 200 élèves et une dizaine d’enseignants utilisent une même toilette. Placée en dehors de la cour de l’école, cette latrine est aussi utilisée par les passants. Dans ce lieu, on trouve deux traverses de rails placés sur une fosse septique pour servir de piédestal. Construite à ciel ouvert, elle laisse passer des mouches et autres insectes  qui viennent se poser sur les objets classiques des élèves.

« Durant nos leçons, il nous arrive d’inhaler des odeurs nauséabonde provenant des toilettes », a témoigné Yannick Kahenga Kasongo, élève de la 3ème primaire au complexe scolaire Of Matu. Interdit par ses parents d’utiliser les installations hygiéniques de son école, Kahenga Kasongo préfère se rendre dans les espaces libres derrière son établissement scolaire pour se soulager.

Une loi sans vigueurimage2-16

Sans protection, les élèves de l’EP Punda fréquentent cette toilette insalubre. Ph. Marc Kikela Mumba

 

Selon Anaclet Sumbu Bhia Muke, responsable de cet établissement scolaire, l’Etat congolais par la voie de ses inspecteurs, les oblige de construire au moins trois blocs sanitaires qui doivent être gardés propres. Mais, faute des moyens, le complexe scolaire Of Matu, première école privée de ce quartier, est dans l’impossibilité de construire deux nouvelles autres toilettes. « Depuis trois ans, nous avons lancé des travaux de construction des toilettes modernes, malheureusement, ils ne sont toujours pas achevés à cause du manque des moyens », a soutenu Anaclet Sumbu.

Conscients du danger que courent leurs enfants en fréquentant ces toilettes, beaucoup de parents disent n’avoir pas d’autres solutions. « L’argents nous manque pour envoyer nos enfants dans des écoles où la salubrité des installations sanitaires est prise en compte », a déploré Yves Lukalala, parent d’un élève.

Pour assurer l’hygiène dans les milieux scolaires de cette cité, les inspecteurs de la zone de santé Binza-Méteo passent deux fois par an dans les écoles pour un contrôle de qualité. Malheureusement, témoignent quelques parents d’élèves, aucun changement palpable n’a été enregistré. Une enquête menée en 2013 par le service d’hygiène publique de la zone de santé Binza-Météo révèle que 40% des installations sanitaires sont malpropres, et plus de 50% sont dans un état de délabrement avancé. « C’est avec des conseils sur l’hygiène des toilettes que nous essayons de ramener la population et les responsables des écoles à l’ordre », a expliqué l’Inspecteur-chef de cette zone de santé, Evariste Makulunganga.

L’action de l’Etatimage3-17

Cette bicoque érigée non loin de la rivière Mungala sert d’installation sanitaire pour des écoliers de l’E.P Punda. Ph. Marc Kikela Mumba

 

Dans le but d’améliorer le milieu scolaire de la RDC, le gouvernement congolais a lancé, depuis 2006, le programme national « Ecole et village assaini ». Ce programme vise à construire des nouvelles latrines dans les écoles publiques et privées sur toute l’étendue de la RDC. Ce programme est actuellement opérationnel dans 248 Zones de santé sur les 515 que compte la RDC. « Toutes les zones de santé du pays sont concernées par ce programme. Le moment viendra où notre zone de santé sera parmi les bénéficiaires », a expliqué l’inspecteur-chef de zone de santé Binza-Météo. En attendant, les écoliers se servent des toilettes malsaines pour les besoins physiologiques.

En RDC, 80% de la population, y compris des élèves, utilisent des latrines malpropres selon une enquête de 2013-2014 menée par le service national d’hygiène citée par le directeur national de l’hygiène, docteur Mavard Kwengani. Selon le site de l’Organisation mondiale des toilettes, 2.4 milliards d’individus sur la terre vivent sans toilettes à travers le monde. Les diarrhées, poliomyélite, hépatite A, typhoïdes, le choléra et les infections parasitaires figurent parmi les maladies qui sont étroitement associées au manque d’assainissement et d’hygiène. Dans la majorité des cas, elles sont imputables à une contamination bactérienne ou virale, véhiculée notamment par l’eau, les insectes comme les mouches qui collectent sur leurs pattes des résidus de substances fécales, des pathogènes, et les déposent sur les aliments, les mains, et les visages.

La RDC, qui a ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant, est appelée à veiller, comme le stipule l’article 3 de la charte, au bon fonctionnement des institutions, notamment, les établissements qui ont la charge des enfants particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé. Pour promouvoir l’assainissement des toilettes, le monde célèbre le 19 novembre de chaque année la journée internationale des toilettes.

 

Tagged , , , , , , , , , , , , , ,

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *