Speak Magazine

Goma

Commenter en ligne pour se moquer des personnes handicapées

???????????????????????????????

Un internaute dans un cyber café de Goma. Ph. Mustapha Mulonda

 

Par Samuel Habamungu

Ce dernier temps, des publications sur l’infirmité des personnes handicapées inondent les réseaux sociaux comme Facebook, Badoo, et Google+.

Souvent, c’est sur la malformation du visage, du pied…, et ceux qui publient ces images ouvrent une brèche de discussion en termes moqueurs. Ainsi, on peut lire par exemple : « que dites-vous de cette beauté ». Ceci pour inciter le groupe d’amis à commenter.

Souvent la chaine des propos, est constituée des commentaires discriminatoires à l’égard des personnes sur les images. D’autres internautes parviennent à truquer les images dans le but de les rendre plus choquantes pour ainsi accentuer le débat. « Le mariage de l’année ! Que dites-vous les amis ? », Telle est l’annonce publiée sur Facebook début janvier, par un jeune de Goma présentant ainsi un homme de très courte taille et infirme avec une femme élancée et belle. Devant cette tendance, les habitants de Goma ne sont pas épargnés. Certaines personnes capturent ainsi des photos des personnes vivant avec handicap de leur entourage et les partagent sur des réseaux sociaux.

Les familiers et proches s’indignent

Ces critiques jugées discourtois n’enchantent pas les membres des familles et proches des personnes handicapées : « En discutant avec mes amis sur Google +, j’étais tombé sur une photo de mon fils. C’est mon voisin qui l’avait publié.  J’étais vraiment choquée car mon enfant ne mérite pas toutes les injures et humiliations publiées sur lui alors qu’il n’a pas choisi de naître ainsi », se désole Céline Zuzu, une jeune mère d’un enfant en situation d’handicap âgé de huit ans.

Indignation partagée par Floribert Kabindu, Directeur général du Centre pour handicapés Shirika la Umoja à Goma. Il estime que comme pour tout être humain, l’intimité des personnes handicapées doit être respectée dans la société. « Toute personne peut devenir infirme ! Imaginez-vous la souffrance qu’endurent leurs familiers suite à vos publications qui violent le droit et l’intimité de la personne en situation de handicap », ajoute-t-il. Shirika la Umoja est une structure qui offre des soins physiques aux personnes handicapées dans la ville de Goma. A travers ses activités, elle vise aussi à les amener à accepter leur état et surmonter toutes les difficultés qu’ils rencontrent dans la vie.

Moqueurs découragés par leurs pairs

Dans le lot d’internautes, certains prennent de plus en plus conscience. Ils mettent parfois en garde celui qui tente de ressortir l’infirmité d’un cybernaute. « Un mot pour ce bébé », commentaire à propos d’une photo d’un Bébé présentant une malformation au niveau de sa tête publiée en février dernier dans Parlons-en, un groupe d’amis, célèbre sur Facebook.

Cette image publiée réjouit certains membres mais par contre, choque les autres qui ont par la suite, découragé ces genres de publications: « C’est une créature chers amis ! », décourage Marcelin Feruzi, avant que Christadinho Nzeza  dévoile que ce bébé n’est qu’« une poupée » pour signifier que c’est n’est pas un enfant réel mais plutôt qu’une image truquée.

En effet, Me Robert Ciza, avocat au barrot de Goma, rappelle que « vivre avec un handicap ne signifie pas, être nulle ou inutile car nombreux sont ces handicapés qui sont médecins, enseignants d’universités… qui maîtrise parfaitement leurs métiers »

En plus de cela poursuit-il, la Déclaration universelle de droit de l’homme prône que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité », décourageant ainsi la pratique consistant à se moquer des handicapés sur la toile.

Pour sa part, Félicien Nzabonimpa, personne handicapée et coordonateur diocésain des jeunes de Goma appelle l’état congolais à punir ceux qui marginalisent les personnes en situation de handicap. Il insiste pour que la convention internationale relative aux personnes handicapées soit respectée. « les États Parties interdisent toutes les discriminations fondées sur le handicap et garantissent aux personnes handicapées une égale et effective protection juridique contre toute discrimination, quel qu’en soit le fondement des mesures d’application ».

Tagged , , , , , , , , , ,

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>