Speak Magazine

Kinshasa

La guerre contre l’homosexualité en République Démocratique du Congo

Munor Kabondo

munork

En RDC, l’homosexualité est en train de gagner les différentes villes du pays. C’est le cas de Kinshasa où ce mode de vie est resté dans l’ombre pendant plusieurs années. Ainsi, on peut observer d’une part des hommes s’habiller, parler, gesticuler à la manière des femmes et vice versa. Si cette  pratique rejetée dans la société, il y a quelques décennies est approuvée par une partie de la population, ce n’est pas le cas pour la majorité des kinois. Pour ces derniers, l’homosexuel est une personne qui nage à contre-courant.

Comme dans plusieurs pays africains, en RDC l’homosexuel est souvent assimilé au sorcier,  à une personne possédée par des mauvais esprits, voire à un malade mental. ‘‘C’est frustrant pour nous’’, a témoigné un couple homosexuel résidant à Matonge, un quartier de Kinshasa où les homosexuels sont plus visibles. Un des partenaires de ce couple homosexuel poursuit : « A Kinshasa où l’hétérosexualité est le mode de vie le plus accepté, beaucoup parmi nous vivent chaque jour l’homophobie. Ce qui est certain est que les jours à venir s’annoncent moroses  pour les personnes homosexuelles en RDC ».  A en croire la même personne, les églises contribuent énormément au renforcement du sentiment anti gai : « Il est étonnant de constater que les églises qui enseignent l’amour du prochain ne veulent pas nous accepter ».

Un élu du peuple farouche opposant de l’homosexualité

Le débat sur l’homosexualité ne fait pas seulement l’objet des prêches dans les églises. Les députés nationaux ne restent pas en marge. C’est le cas de Steve Mbikayi, député élu du district de la Tshangu à Kinshasa qui est déterminé à contribuer à la lutte contre l’homosexualité qu’il considère immorale à travers le pays. Pour ce faire, Mbikayi a déposé une proposition de loi sur la table de l’Assemblée nationale en vue de contrecarrer les pratiques homosexuelles en RDC. Indigné par l’ampleur que prend la pratique de l’homosexualité dans les rues de Kinshasa, Steve Mbikayi se place en premières lignes pour conserver selon lui, les valeurs africaines. La tradition africaine selon lui, n’avait jamais toléré des relations amoureuses entre personnes du même sexe.

Steve Mbikayi affirme avoir le soutien de plusieurs groupes sociaux qu’il a contacté avant de déposer sa proposition de loi à l’assemblée nationale. ‘ « J’ai eu l’aval des églises, de différents groupes des jeunes et des femmes dans cette démarche », a-t-il déclaré. Sans ignorer que la loi congolaise exige le respect, la garantie et la liberté individuelle, Steve Mbikayi soutient cependant que cette liberté individuelle ne doit pas choquer la conscience collective. « Vous ne verrez nulle part où les Occidentaux copient notre culture, nos mentalités. Nous ne devons pas non plus copier aveuglement les leurs », a-t-il soutenu.

La  proposition de loi du député Mbikayi comprend au total 38 articles qui prévoient des sanctions contre les homosexuels, transsexuels ou simples adeptes du déguisement féminin. Cette proposition prévoit aussi de punir la promotion, les manifestations publiques homosexuelles (gay pride, marches, affichages…), les réunions homosexuelles, la publicité à caractère ou à tendance homosexuelle et l’adoption des enfants par des homosexuels.

Les Droits et l’homosexualité

Certains homosexuels Congolais ont levé le ton pour réaffirmer leurs droits. Pour beaucoup d’entre eux, la démarche du député Mbikayi, est une nouvelle forme de discrimination contre des personnes qui ont librement opté pour cette vie. Selon eux, une fois adoptée, cette loi renforcerait les prescrits de l’article 40  de la Constitution congolaise (‘‘Tout individu  a le droit  de se marier avec la personne de son choix, de sexe opposé, et de fonder une famille……’’).

Selon certains homosexuels, il est aujourd’hui impossible de mettre fin à l’homosexualité en RDC parce que la pratique a commencé bien longtemps d’une manière clandestine. ‘ « Ce n’est pas aujourd’hui qu’on va nous interdire de mener notre vie comme nous l’entendons », a expliqué Francesco Zenga, lesbienne âgée de 26 ans qui a affirmé être plongée dans cette vie depuis l’âge de 13 ans. Au cours d’un entretien qu’elle nous a accordé clandestinement, Francesco a exprimé son indignation sur la démarche du député national qui selon elle, est une atteinte aux droits humains ».

De peur d’être réprimandés par la société, les homosexuels ont du mal à s’organiser dans une structure organisée pour défendre leurs droits. Une réalité qui les obligent à rester dans la clandestinité et ne rien faire contre la démarche du député Mbikayi, sinon d’attendre le sort que leur réserveront  les députés nationaux. « Il ne faut pas rêver, c’est un problème de culture. Je n’ai pas envie de me faire tuer en allant marcher dans les rues de Kinshasa, car nous ne sommes pas ici en Occident où des personnes comme nous peuvent facilement faire valoir leurs droits », a expliqué un homosexuel dans la commune de Ngaliema.

Un vrai dilemme pour le pays

Selon un activiste des droits de l’homme nul n’a le droit de décider du sort des gens surtout quand il s’agit de matière amoureuse qu’il qualifie de sensible. A ce point de vue, il estime qu’on devrait laisser la liberté de choix à chaque citoyen « il faut considérer que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables  constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde ».  En paraphrasant le préambule de la déclaration universelle des droits de l’homme, l’activiste dont il nous était obligé de taire le nom, soutient qu’il est impérieux de respecter la dignité et la liberté de chacun. 

Tagged , , , , , ,

Related Posts

One thought on “La guerre contre l’homosexualité en République Démocratique du Congo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>